Articles avec #presidentielles 2017 tag

Publié le 19 Septembre 2017

Texte rédigé par Jean Dugenêt  et partagé par Michel Dupont sur Facebook

Quelques mois après l’élection présidentielle, il ne reste rien de l’éclatant vernis déversé par les... médias pour maquiller Emmanuel Macron en brillant vainqueur. Il a été en réalité bien mal élu avec seulement 18,19% des inscrits au premier tour et avec des voix extorquées par les méthodes du marketing politique. François Asselineau l’avait dit : son élection ne traduit nullement une adhésion sincère et profonde du peuple français. L’inévitable se déroule actuellement sous nos yeux : sa cote de popularité s’effondre passant de 43% fin juin à 36% fin juillet et 30% début septembre (sondage YouGov France pour Le HuffPost et CNews). Les français sont maintenant pleinement conscients de la réalité des réformes qu’il commence à mettre en œuvre. Il est clairement perçu comme « le Président des riches ».

La vague de mécontentement qu’il déclenche semble être une aubaine pour Jean-Luc Mélenchon qui entreprend de surfer dessus. Après avoir profité pendant des années de l’effondrement du PCF qui lui a permis d’être candidat aux élections présidentielles, il entend combler le vide laissé par le PS en pleine décomposition.

Il apparait maintenant comme le principal leader de la gauche. Il s’estime en effet en situation assez forte pour s’émanciper de la tutelle du PCF, ce qui ne va pas sans quelques heurts, et, par ailleurs, plus personne ne peut rivaliser avec lui dans le résidu des leaders du PS. Par la force des choses, les mécontents ne peuvent se raccrocher qu’à lui pour les représenter. Il apparait ainsi à lui seul comme l’incarnation des mécontentements et il a d’ailleurs suffisamment de bagou pour dresser un tableau très exact de l’enrichissement des plus riches au détriment des classes laborieuses et des plus pauvres. Il n’est d’ailleurs pas le seul à savoir faire cela. Gérard Filoche fait la même chose mais chacun comprend qu’en restant au Bureau National du PS celui-ci n’y changera rien. Il reste à savoir si Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, serait en mesure d’apporter des solutions. Nous avons d’emblée deux bonnes raisons d’être inquiets à ce sujet. D’une part, on se souvient de l’enthousiasme qu’il avait manifesté quand son ami Aléxis Tsipras est arrivé aux affaires en Grèce et on a vu ce qui est advenu par la suite. D’autre part, on sait qu’il continue à vouer une grande admiration à François Mitterrand qui s’était fait élire avec le programme d’union de la gauche pour ensuite appliquer un programme d’austérité.

Il est évident que Jean-Luc Mélenchon a vu ce qui s'est passé en Grèce mais les enseignements qu’il en tire ne l’amènent pas à conclure que Tsipras a trahi en refusant de sortir de l’UE. Il a tenu des discours confus et fluctuants sur ses plans A et B qui permettraient de modifier les traités au terme de négociations et donc de ne pas reproduire en France ce qui est advenu en Grèce. Il a, en bout de course, abandonné l’idée de faire un référendum qu’il avait un moment avancée et il dit maintenant clairement, après avoir entretenu bien des ambiguïtés, qu’il ne propose pas de sortir de l’UE.

Nous pouvons examiner son programme, son plan A et son plan B. En effet, il a eu le mérite d’écrire tout cela sous le titre « l’avenir en commun » avec en sous-titre « Le programme de la France insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon ». Empressons-nous donc d’aller voir si son programme a plus de chances de se réaliser que le programme de l’union de la gauche. Les clefs de la réalisation sont dans les plans A et B. Il est curieux d’ailleurs de prévoir un plan de secours si le premier à quelques chances de se réaliser. Allons donc directement au plan B puisqu’à l’évidence lui-même ne croit pas que le plan A puisse aboutir. Rien de ce qu’il écrit à propos de ce plan B n’est applicable sans sortir au préalable de l’Union Européenne. Il commence par proposer ni plus ni moins de « Stopper la contribution de la France au budget de l’Union européenne ». Est-ce que quelqu’un va le croire ? Est-ce que chaque état sera libre de payer ce qu’il a envie de payer ? Il se moque de ses lecteurs et des militants de la France Insoumise. Il continue en proposant que, fi de la Banque Centrale Européenne, la banque de France reprenne le contrôle de (…) et envisage « un système monétaire alternatif ». Ni plus ni moins, et tout cela sans sortir de l’Union Européenne. Arrêtons ici le massacre sans faire d’autres commentaires ce qui nous obligerait à être désobligeant.

Il est donc clair d’une part que Jean-Luc Mélenchon refuse la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN et d’autre part qu’il n’a rien d’autre à proposer. Ses plans A et B ne trompent plus personne. Il n’y a en fait rien de nouveau. Il a seulement voulu, comme bien d’autres, laisser croire que les traités sont renégociables. Nous savons que c’est impossible. Les traités sont ficelés de telle sorte qu’ils contiennent en eux-mêmes la clause qui interdit de les modifier. Il faudrait l’accord de tous les états et la ratification de tous les peuples ce qui est évidemment impossible. Tous ceux qui, dans tous les pays d’Europe, ont tenté des modifications, ou fait semblant d’en tenter, ont échoué. Les exemples sont nombreux. Nous ne les reprendrons pas tous. Encore récemment on a vu Emmanuel Macron s’aventurer à parler de modifier la directive des travailleurs détachés et il s’est fait ridiculiser dans les pays d’Europe de l’Est. Pas plus qu’Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ne modifiera cette directive ni quoi que ce soit d’autre et tout son livre n’est que de l’enfumage.

Il faut donc se demander pourquoi il refuse de lancer tout simplement la procédure de sortie de l’UE et de l’euro en même temps que la sortie de l’OTAN ? La vidéo intitulée « L’embarras des insoumis sur la question européenne », que vous trouverez dans notre vidéothèque, donne une idée de la position des militants du mouvement des « insoumis » devenu le mouvement de la « France Insoumise ». On voit qu’aucun ne pense sérieusement que des négociations puissent aboutir. Même ceux qui veulent une « autre Europe » ont compris qu’il faut d’abord sortir de celle dans laquelle nous sommes si on veut en créer une autre. On voit que pour eux le seul plan B possible serait de sortir d’emblée de l’UE que ce soit unilatéralement comme le propose le ParDem ou par l’article 50 comme le propose l’UPR. Personne, parmi eux, n’est capable d’expliquer pourquoi leur mouvement ne le propose pas.

Pourquoi donc Jean-Luc Mélenchon ne le propose-t-il pas ? En quoi serait-il lié à l’UE ? Le fait qu’il soit député au Parlement Européen (salaire brut 8484,05 € + 4342 € d’indemnité de frais généraux + 306 € d’indemnité par jour de présence) constitue assurément un premier élément de réponse. C’est bien connu : l’Europe c’est la paie ! Mais en plus, l’Europe lui apporte d’énormes subventions. Son mouvement fait en effet partie du GUE/NGL (Groupe confédéral de la Gauche Unitaire Européenne – Gauche Verte Nordique). Il s’agit d’un des 8 groupes politiques de députés européens qui ont droit à cette manne financière. Il y a là de quoi payer des déplacements en jet privé.

Evidemment, du point de vue de l’oligarchie euro-atlantiste, il s’agit, avec ces subventions, d’acheter les députés européens. Il est d’ailleurs arrivé que le bureau du Parlement Européen réclame le remboursement des sommes versées à des organisations trop europhobes en arguant qu’elles auraient fraudé. Il est évident qu’il s’agit d’un moyen de pression utilisé par l’UE pour s’assurer que les bénéficiaires lui rendent service. L’UE autorise un niveau de critique qui permet de canaliser les mécontentements mais ne permet pas un niveau de critique qui remette en question l’essentiel de son projet politique. Il lui arrive donc de faire des rappels à l’ordre. Ainsi, l’ADDE (l’Alliance pour la Démocratie en Europe) qui militait pour le Brexit au Royaume Uni a été un moment épinglée parmi les fraudeurs. On a vu, plus récemment, le Front National infléchir ses discours après avoir reçu une facture de la Commission Européenne qui commençait à trouver que Florian Philippot était trop eurosceptique. Depuis l’infléchissement, nous n’entendons plus parler de la somme réclamée au Front National. Rien de semblable à propos de Jean-Luc Mélenchon et de ses amis. L’UE est pleinement satisfaite du rôle qu’ils jouent. Ils canalisent vers une impasse le mécontentement des militants de gauche à l’égard de la construction européenne en laissant penser qu’ils vont pouvoir faire autant de réformes démocratiques et sociales qu’ils le veulent sans sortir de l’UE.

En plus de son salaire et des subventions, il est possible qu’il y ait eu, et qu’il y a peut-être encore, un lien organique plus complexe entre l’UE et Jean-Luc Mélenchon. Ce lien passerait par la CES (Confédération Européenne des Syndicats). C’est du moins une hypothèse à creuser. Il est certain que Jean-Luc Mélenchon a été lié au PCF et on sait qu’une quantité de cadres du PCF sont des permanents salariés de la CGT. Or, la CGT est affiliée à la CES depuis 1999, l’année où Bernard Thibault a été élu secrétaire général. Cette CES est partie intégrante des institutions de l’Union Européenne. La CGT est ainsi intégrée dans les rouages de l’UE au point de perdre son indépendance. On se souvient que, lors du mouvement social contre la réforme des retraites en 2010, Bernard Thibault avait justifié son refus d’appeler à la grève générale reconductible en déclarant « Je n’hésiterai pas à parler de loyauté ». Il est en effet resté loyal à l’égard de la CES et par conséquent des adversaires du peuple français. Il est donc possible que Jean-Luc Mélenchon ait été lié à l’UE par le PCF, la CGT et la CSE. Signalons qu’en plus de son adhésion à la CES, l’indépendance de la CGT est également remise en question par un système de financement très obscur. Les cotisations sont, pour les syndicats, une recette bien moindre que l’ensemble des autres financements et la France est le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre de permanents syndicaux par rapport au nombre de syndiqués.

Mais les défenseurs de Jean-Luc Mélenchon savent que « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Puisqu’ils ne peuvent justifier le refus de sortir de l’euro, ils essaient de discréditer le seul qui prône clairement le Frexit. Ils s’en prennent à François Asselineau en expliquant qu’il est de droite voire même d’extrême droite puisqu’il a fréquenté Jean Tibéri et Charles Pasqua. Comme si l’orientation politique des uns ou des autres se propageait, comme une maladie contagieuse, par contact. Les fréquentations que François Asselineau a pu avoir ne permettent en rien de conclure quoi que ce soit sur son orientation actuelle. Les choix politiques peuvent évoluer. Et, à ceux qui voudraient jouer à ce jeu-là, il faut rappeler que Jean-Luc Mélenchon reste un admirateur non repenti de François Mitterrand et qu’il fut un de ses collaborateurs à une époque où celui-ci fréquentait encore René Bousquet et où il allait tous les ans fleurir la tombe du Maréchal Pétain.

Comme autre argument à charge contre Jean-Luc Mélenchon, il faut retenir la diatribe lancée par Michel Onfray dans l’article intitulé “Les loups sont entrés dans Paris” où il reproche à la presse dominante de choisir ses cibles, sur des critères inavouables. « Pourquoi la presse dominante n’a-t-elle pas donné plus d’écho au fait que Jean-Luc Mélenchon ait été accusé de népotisme, de favoritisme, de gaspillage d’argent public pour avoir pistonné sa fille dans l’accès à un emploi public, favorisé des amis politiques pour éviter le barrage des appels d’offre et payé très cher près de 300 000 €, si on en croit un livre de Liliane Alemagna et Stéphane Alliès (…) des prestations effectuées par des amis, utilise une voiture avec chauffeur du Conseil Général alors qu’il n’était plus élu, continue à toucher ses indemnités alors qu’il ne se rendait quasiment plus aux séances et qu’il ait fait l’objet d’un rappel à la loi par le procureur de la république sous forme d’avertissement solennel ? Pour quelle raison non plus cette presse dominante n’a-t-elle pas monté en épingle le vol en jet privé effectué par le conducator des insoumis pour se rendre (...) à la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage à Champagney en Haute Saône le 4 février 2017 ? (…) Il y a assurément de quoi faire réfléchir les “insoumis” sur les privilèges que Jean-Luc Mélenchon s’accorde indûment avec les deniers publics et sur le décalage entre ce qu’il souhaite pour “les gens” et ce qu’il se réserve pour lui-même ».

Comme nombre de ceux qui ont fréquenté des organisations trotskystes dans leur jeunesse, à un moment de son itinéraire, Jean-Luc Mélenchon a décidé de renier ses idées pour faire une carrière en politique. Rien en cela ne le différencie de Lionel Jospin, Jean-Christophe Cambadélis et bien d’autres. Il est grand temps d’interdire aux députés de faire plus de deux mandats consécutifs ; de supprimer, en quittant l’UE, les postes de députés européens et de prendre toutes les autres mesures nécessaires pour interdire le carriérisme en politique. Alors, l’orientation politique de Jean-Luc Mélenchon sera sans nul doute différente.

Pour l’heure, il faut voir clair dans son jeu. La filouterie, assurément, ne le répugne pas puisqu’il reste grand admirateur d’un spécialiste du genre : François Mitterrand. Nous convions donc les militants de la France Insoumise à bien prendre la mesure du peu de crédit de confiance qu’il faut lui accorder. Mitterrand s’était fait élire dans l’enthousiasme en 1981 sur la base du programme commun de l’union de la gauche qu’il n’a jamais eu l’intention d’appliquer. Nous savons déjà que son laudateur, Jean-Luc Mélenchon n’a aucunement l’intention de mettre en application quoi que ce soit du « programme de la France insoumise et son candidat ». Nous avons montré que ses plans A et B ne sont que de l’enfumage. Il a l’intention de continuer sa carrière de professionnel de la politique en profitant de la manne que lui offre l’Union Européenne. Il surfe avec aisance sur le mécontentement des français qui se conjugue avec la déconfiture des deux partis traditionnels de la gauche : le PCF et le PS. Toutes les conditions sont réunies pour qu’il se porte à la tête du mouvement de mécontentement afin de l’engluer vers une impasse. Les grands médias ne manquent pas de lui faciliter la tâche. Il est assurément lancé sur la même trajectoire qu’Aléxis Tsipras. Que personne ne s’y trompe ! Il n’est pas d’autre solution que de sortir de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. Seul François Asselineau le propose avec l’UPR

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 9 Septembre 2017

    Cette petite phrase prononcée depuis Athènes hier par Macron est une véritable provocation à l'avant veille des grandes manifestations du 12 septembre.

    De quoi mettre de l'huile sur le feu et même le feu aux poudres a une situation sociale et économique explosive dans le pays.

    Comme souvent les casseurs vont s'inviter dans les cortèges, et cela risque des discréditer le mouvement déjà à mon avis bien inutile.

    Les syndicats sont dans la main des financiers les manifestations sont donc convenues et même attendues tout est prêt pour le grand folklore traditionnel battre le pavé pour donner de la légitimité à des syndicats qui se foutent de la gueule du monde depuis des années déserté par les salariés.

    8% seulement d''encarté (l'un des plus faible taux d'Europe), depuis des décennies c'est une petite grève corporatiste par si et une autre grève par là  qui a d'ailleurs à la longue comme l'histoire de pierre et le loup fini par décrédibiliser les mouvements de grève.

    Cet espèce de chaise musicale gréviste perpétuelle sur parfois des sujets futiles dans le passé a en revanche laissé démolir au moins depuis Raffarin 2001 le code du travail...

    Depuis quelque temps c'est le pompon on l'a vu en 2016. Qu'ont donné la grève avec la CGT ?

    Le néant!!! Loi El Khomery est passée en force!

    Pourquoi à votre avis car le pouvoir est transféré entre les mains des technocrates en quasi totalité ce sont eux qui dicte la politique économique.

    François Asselineau avait prévu la fin du CDI 6 mois avant au moins!

    Comment non pas parce qu'il a un oracle ou que c'est un gourou comme le disent les mauvaise langue mais parce qu'il sait lire lui un document les fameux GOPE disponible sur le site qu'il a d'ailleurs déchiré devant tout les français le derniers jour de campagne officielle.

    Voici la preuve c'est pour ça qu'il y a de quoi être consterné quand les éléments sont sur la table mais que les gens suivent comme des moutons en continuant à bêler alors qu'on leur explique le moyen le plus efficace pour mettre fin à ce cauchemar sortir de l'UE Frexit... 

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 8 Août 2017

    Selon BFM TV, Emmanuel Macron candidat n'aurait dépensé que 16,8 millions d'Euros pour sa campagne présidentielle.

    Montant déjà faramineux surtout au regard de candidats au budget modeste comme Monsieur Asselineau qui a dépensé 800 000 euros autofinancés dans l'intégralité par ses adhérents, sans prêt bancaire...),

    Alors comme ça Monsieur Macron n'aurait pas dépassé le plafond autorisé de 22 millions...

    Mais où est passé l'argent de Bercy pour lancer son mouvement (frais de bouche et compagnie). Dans un livre intitulé "Dans l'enfer de Bercy", l'ex-ministre de l'Economie est accusé d'avoir pioché dans l'enveloppe de frais de représentation de son ministère pour préparer sa future campagne. Lire l'article du nouvel obs du 25 janvier.

    Sans parler des conflits d'intérêts avec les grands industriels, durant le débat sur TF1 à 5 du mois de mars, Benoît Hamon a demandé des comptes à Emmanuel Macron sur ses soutiens dans la campagne présidentielle, ce à quoi le candidat d’« En Marche ! » a affirmé qu’il n’était « tenu par personne ».

    Le candidat socialiste s’est interrogé sur les donateurs de son concurrent, susceptibles selon lui d’appartenir aux industries pharmaceutique, chimique, pétrolière ou au système bancaire. Benoît Hamon a laissé entendre que ces liens pourraient entraver les actions d’Emmanuel Macron, « demain » en matière de lutte contre le diesel ou les perturbateurs endocriniens.

    hors voici un extrait de l'article du site Monsieur Mondialisation:

    Emmanuel Macron est sans aucun doute le plus concerné par les conflits d’intérêt. Son cas « est le plus flagrant quant aux risques de conflits d’intérêts », s’indigne l’ONG SumOfUs, qui constate qu’en tant qu’ancien banquier associé à Rothschild, il a travaillé sur de nombreux dossiers concernant des entreprises privées françaises et étrangères comme Nestlé ou Alstom. Ces dernières années, il a occupé des fonctions ministérielles qui lui ont permis « de faire voter des lois qui peuvent présenter des avantages pour des acteurs et entreprises privées » . L’ONG note que dans l’entourage proche du candidat, on trouve une série d’industriels et de milliardaires dont Alexandre Bompard (Fnac-Darty), Xavier Niel (Free), Georges Plassat (Carrefour), Serge Weinberg (Sanofi), Pierre Pringuet (groupe Ricard), Philippe Wahl (La Poste), Paul Hermelin (CapGemini), Frédéric Mazzella (BlaBlaCar), Eric Carreel (Withings) et d’autres. Macron est également soutenu par Pierre Bergé (YSL, Le Monde…); Laurent Bigorgne (Institut Montaigne) et Marc Simoncini (Meetic).

    Mais ce n’est pas tout. Au cœur même de l’équipe Macron, les conflits d’intérêts avec le monde des entreprises privées sont flagrants et nombreux : c’est ainsi que le médecin Jean-Jacques Mourad a été obligé de démissionner en raison des liens qu’il avait avec les laboratoires pharmaceutiques Servier. Mais d’autres sont toujours présents, et susceptibles de devenir ministres en dépit de conflits d’intérêt flagrants. Richard Ferrand, Secrétaire général d’En Marche et député PS, ancien directeur général des Mutuelles de Bretagne, il est l’auteur d’un amendement à la Loi Macron favorable aux lobbies industriels qui à suscité l’indignation des français sur le secret des affaires (finalement abrogé). Citons également Bernard Mourad, en charge des questions économiques pour Macron, Patron d’Altice Media Group (frère de Jean-Jacques Mourad). L’ancien banquier d’affaire a piloté la restructuration des actifs d’Altice Media Group, c’est à dire les journaux Libération, l’Express et 18 autres magazines ainsi que 7 sites Internet. L’homme était auparavant directeur général de Morgan Stanley à Paris, la fameuse banque américaine.

    L’ONG fait également remarquer que le conseiller d’En Marche sur les dossiers régaliens, Didier Casas, est le Directeur Général adjoint de Bouygues Télécom. On citera également Audrey Bourroleau est la conseillère de référence d’Emmanuel Macron en matière d’agriculture. Celle-ci est également déléguée générale (très haut post) de Vin & Société, l’un des plus grands grands lobby de l’alcool ! Vient enfin Christian Dargnat, président de l’Association de Financement d’En Marche, ancien directeur général de BNP Paribas Asset Management, ancien président de comité au MEDEF, Membre de la Commission consultative de l’Autorité des Marchés financiers.

    Alors future affaire Bygmalion en vue? Pas impossible on se souvient comment Nicolas Sarkozy avait été encensé par la presse pour être élue, alors que les dépenses somptuaires sautaient aux yeux vu le format des meetings. Ce n'est qu'une fois en exercice que les affaires sont sorties. 

     

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 27 Juillet 2017

    Le Figaro titre la déception des ténors de la politique ralliés à Macron!!!

    Selon cette tribune, la déception étreint les anciennes personnalités de la politique, ralliées à Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Oh les pauvre!!!

    Pourtant vous les avez tous vu pendant la campagne présidentielle 2017 ces soit disant poids lourd de la politique, se rallier à Emmanuel Macron, pour donner du cachet et coffre à sa candidature qui en réalité battait de l'aile à un moment donné. Témoins les meeting qui se vidait et les deux dernières réunions publiques annulée.  S'ils ont couru à la soupe c'est qu'ils étaient obligés de le faire un temps pour faire gagner le champion incontesté toute catégorie désignée par l'oligarchie!!! Dans le cas contraire ils avaient des chance de compromettre leur avenir politique. Maintenant que Macron est élu, chacun peut revenir comme avant jouer les imposteurs dans une incroyable imposture jouer les opposants.

    Qui peut croire un seul instant que ces professionnels de la politiques ne savaient pas ce qu'allait faire Emmanuel Macron une fois élu. Ce ne sont pas des naïfs, ils savaient qu'il allait appliquer servilement les directive de Bruxelles. Et aujourd'hui ils reviennent nous verser des larmes de crocodiles en laissant entendre à l'opinion qu'ils sont déçus.

    Mais de qui se moque t-on sincèrement? Une arnaque monumentale! Et nos compatriotes comme d'habitude bonne pâte croient toujours à ce clivage droite gauche, écolo, parti communiste.

    Il n'y a qu'un parti au pouvoir en ce moment, c'est le monde de la finance qui gouverne le plus directement possible par Emmanuel Macron, a un degrés supérieur encore qu'avec François Hollande et Nicolas Sarkozy.

    Nous sommes dans une politique Canada Dry, pour les plus anciens qui se souviennent de cette pub:

    Cela ressemble à un Président, mais ce n'est pas un Président, car ce n'est plus lui qui gouverne.

    C'est la commission de Bruxelles et la banque centrale à Francfort. Quand est-ce que les français vont se rentrer ça dans le cigare?

    Solution un Frexit pour retrouvez notre monnaie, souveraineté pleine et entière ainsi que notre liberté

     

     

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 26 Juin 2017

    Le réveil de nos concitoyens sera d'une violence inouï comme disait Etienne Chouard sur le plateau de ce soir ou jamais en 2014 dans une émission politique de débat sans concession qui a été supprimé comme beaucoup d'émissions intéressantes et vitales pour faire respirer démocratie "moribond": " C'est la gentillesse et j'ajouterai le côté bonne pâte de nos concitoyens français qui fait leur déception élection après l'élection" Alors que les positions de l'UPR sont raisonnées,... raisonnables et pondérées car construites de longue date sur des positions argumentées, fouillées et bien sources pour d'abord nous libérer de l'UE et de l'Euro retrouver notre souveraineté pleine et entière, notre monnaie nationale pour recommencer à refaire de la politique plus classique et plus vertueuse...ces mêmes français qui pensent que l'UPR est extrêmiste complotiste car les grands médias leur ont dit, seront les premiers à basculer dans la plus extrême de violence vis à vis de son voisin lorsqu'on aura touché à leur petit confort, l'argent (krach boursier qui arrive vite après les élection allemande sans doute) et la pénurie qui guette...regardez comment opère le gouvernement on fait une belle communication COP21, Schwarzenegger, Hulot et de l'autre on fait une super reculade en matière écologique avec le Ministre de l'agriculture en personne qui annonce le plus naturellement du monde envisager de revenir sur l'interdiction des pesticides tueurs d'abeille. Ceci n'est pas un hasard tout est déjà programmé! Voir et revoir la vidéo de Monsieur Attali qui vous explique comment il a mis Macron au pouvoir, comment nos hommes politiques n'ont plus aucun pouvoir, comment il a rédigé avec ses copains les traités de l'UE pour ne jamais en sortir, et quel avenir funeste il prépare pour notre pays....démantèlement des services publiques, du droit du travail (c'est en cours) marchandisation du corps, puçage!!!

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 21 Juin 2017

    Je vous invite à lire l'article du point qui montre comment les Frères Musulmans ont été financé par la CIA en l'occurence les amis de Macron, et après ce Président élu avec à peine 10% de la population française, vient nous racconter ses salades!!!
     
    Déjà nous sommes dans un pays laïque la religion ne devrait même pas être un sujet aussi récurrent..
     
    Ah mais oui ils vont nous dire qu'il y a eu les attentats!
     
    Pour résoudre ce très grave problème, arrêtez les guerres illégales au moyen orient pour le pétrole et le gaz (monsieur Macron lui l'a dit pendant le débat de l'entre deux tours il veut faire la guerre!!!), ainsi que faire la pub en parlant sans arrêt de ça dans les médias, si ce n'est de détecter les fous de dieu pour les faire passer à l'acte et terroriser nos concitoyens pour mettre le pays en état d'urgence, détourner l'attention et faire passer à coup de 49.3 et d'ordonnance les mesures les plus antisociales qu'on a pas eu depuis le XIXe siècle...STOP à l'arnaque du siècle!!!
     
    Les gens doivent se réveiller et arrêter de se diviser!

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 19 Juin 2017

    Farida Amrani candidate de la France Insoumise dans la circonscription de l'Essonne accuse Manuel Valls de triche. Ce dernier a revendiqué hier une victoire  étriquée dans un climat particulièrement délétère. On a vu en effet ses sympathisants se faire sortir par la force de la Mairie d'Evry.

    Selon elle, il y aurait eu de nombreuses irrégularités et intimidations durant la semaine de campagne de 2e tour! Ils auraient même fait appel à des assesseurs d'Amnesty International pour vérifier que le scrutin se passe dans des conditions normales.

    A mon avis il faudra avoir cette démarche pour les futures élections car il est claire que la sincérité des scrutins ne sera plus respectée. Nous l'avons vu déjà pendant la présidentielle où une somme d'irrégularité incroyable se sont accumulés.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 18 Juin 2017

    BORIS CYRULNIK. Il n'y a pas beaucoup de raisons politiques et rationnelles ! Il s'agit d'un phénomène de foule et, plus précisément, d'une épidémie de croyance. Ce n'est pas la première fois que cela arrive. Giscard avait déjà été élu avec une vague. Idem pour Hollande. Ce phénomène survient après qu'une collectivité a été blessée par un échec, économique, militaire... Elle a alors besoin de croire qu'un sauveur va arriver. Elle place tous ses espoirs en lui. Elle a besoin d'un «papa» tranquillisant. C'est un phénomène psychosocial plus que politique.

    Emmanuel Macron suscite un tel engouement ?
    S'il a, pour l'instant, un tel succès, ce n'est pas dû au hasard, mais à l'autodisqualification des politiques de gauche et de droite. Ils n'ont eu de cesse de se dévaloriser avec des conflits internes. A gauche, les frondeurs ont massacré Hollande. Il n'a pas été attaqué par la droite, comme c'est la règle démocratique, mais par sa propre famille. On observe le même phénomène à droite. Individuellement, des personnalités se sont agressées. Les Français en ont marre de ces disqualifications haineuses, des politiques qui sèment la haine, de leurs petites phrases... Et, au milieu, Macron a émergé, tout sourire. Il est encore pur parce qu'il est jeune, aucune charge ne pèse sur lui. La droite et la gauche l'ont mis en place. Dans l'imaginaire collectif, c'est lui le sauveur. Cette situation psycho-culturelle lui a ouvert un boulevard qu'il a eu le talent de mettre à profit. Ce sont ses adversaires qui lui ont permis d'endosser ce costume de sauveur.

     

     

    Quels sont les critères qui font mouche auprès des Français ?
    Il est jeune, brillant, beau. Il n'a rien à se reprocher. Pour l'instant, l'image est parfaite. Je ne sais pas combien de temps cela va durer.

     

    Cette épidémie de croyance peut-elle s'éteindre ?
    C'est le propre des épidémies : la variole finit toujours par disparaître ! Pour l'instant, il surfe avec habileté sur cette vague macronienne. Il va probablement continuer à en bénéficier dimanche, mais peut être déjà à un niveau moindre, même s'il correspond à un besoin des Français qui veulent un peu de fraîcheur. Inévitablement, des conflits vont finir par apparaître

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 18 Juin 2017

    Cette campagne était la première pour l'écrasante majorité d'entre nous. Nous avons joué le jeu que l'on nous proposait avec les moyens que l'on nous donnait.
    Nous connaissons maintenant mieux que quiconque nos forces, nos faiblesses, nos limites et nos lacunes.

    "ce qui ne me détruit pas me rend plus fort"

    ...

    Rien n'a changé. Nous sommes l'UPR. Nous n'avons jamais eu d'argent. Nous n'avons jamais eu de couverture médiatique. Notre notoriété et notre visibilité nous la créons à la force du poignet : en occupant le terrain !

    Rien n'a changé. La France appartient à la dictature des marchés. Les français ne voient pas, n'écoutent pas, ne savent pas, ne s'informent pas, et ne votent pas non plus ... leur réveil sera violent !

    Rien n'a changé. L'UPR reste le meilleur et l'unique moyen d'alerter la conscience nationale, de dénoncer nos ennemis, et de préserver notre pays.

    En Gironde, nous avons les compétences et la volonté d'appartenir au paysage politique local. Ensemble, nous pouvons installer un vrai maillage upr dans notre département.
    Regardons loin ; la France a toujours besoin de nous !

    FL

    Oui le réveil de nos concitoyens sera d'une violence inouï comme disait Etienne Chouard sur le plateau de ce soir ou jamais en 2014 dans une émission politique de débat sans concession qui a été supprimé comme beaucoup d'émission intéressante et vitale pour notre démocratie: " C'est la gentillesse et j'ajouterai le côté bonne pâte de nos concitoyens français qui fait leur déception après l'élection" Alors que les positions de l'UPR sont raisonnées, raisonnables et pondérées car construites de longue date sur des positions argumentées, fouillées et bien sources...ces mêmes français qui pensent que l'UPR est extrêmiste complotiste car les grands médias leur ont dit, seront les premiers à basculer dans des postures plus extrêmes lorsqu'on aura touché à leur petit confort, l'argent (krach boursier) bien sûr et la pénurie qui guette...donc bravo et ne lâchez rien vous avez fait du bon boulot autour de François Asselineau...en ce jour du 18 juin dont nous fêtons le 77e anniversaire vous avez raison de continuer le combat pour la vérité, la justice et la liberté de la France!!!!!

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0

    Publié le 11 Juin 2017

    Je souris jaune lorsque je lis le titre de pudeur de gazelle de BFM TV: "Anomalie dans certains bureaux de votes". J'aime beaucoup le "certains"!

    Je ne rigole pas par contre quand je vois nos compatriotes qui soit par naïveté ou déni de réalité remettent en cause les gens qui parlent n'ayant pas peur des mots de triche!

    Ces gens ne se posent même pas la question de "eh si c'était vrai en analysant factuellement les évènements et en les mettant bout à bout!

    Jusqu'à quand les gens vont continuer à dormir et faire les autruches?

    Jusqu'au jour où eux même vont être bousculé dans leur petit confort, ou lorsqu' ils seront victimes d'une injustice (licenciement arbitraire , baisse de leur revenu ou de leur retraite...confrontation à une violence sociale, un déni ou parodie de justice...)

    Mais ce jour là il sera bien tard, et trop tard!!!!

    Pourtant lors de la présidentielle déjà des milliers d'électeurs ont été arbitrairement déchu de leur droit civique par la radiation des listes électorales et cela même chez des personnes qui ont habité et voté depuis 30 ans dans le même endroit...des bulletins blancs et nuls comptabilisés pour Macron (voir la commune de Lyon)...les témoignages stupéfiants sur le net ne manquent pas sauf bien entendu pour les gens qui restent dans le déni ou pensent qu'il s'agit des cas d'espèce isolé qui n'est pas de nature à remettre en cause la sincérité d'un scrutin...

    Les élites ne sont plus capable de gagner une élection comme au bon vieux temps en fabriquant le consentement par les sondages bidons et les commentaires journalistiques orientés, alors désormais la fin justifie les moyens, on arrange le vote à sa main...

    L'  article  publié par BFM est malicieux, c'est un moyen en substance de dire que les médias et les journalistes font leur travail, ils en parlent pour prendre à témoins l'opinion pour désamorcer les pseudos théories du complot.

    Mais c'est un épiphénomène face à la triche institutionnalisé...pas de démocratie dans la dictature du capital regardez comment le non au référendum du traité de Lisbonne  a été réécrit en 2008 dans notre dos...regardez en Grèce comment un non se transforme en Oui idem en Irlande et vous osez encore dire n'importe quoi!!!

    J'ai encore d'autres arguments un livre entier n'y suffirait pas! Mais dans l'absolu lisez déjà le communiqué officiel de l'UPR qui vous en dit long sur l'état de ce qui reste de notre démocratie. Si on ose encore parler de démocratie (Démos= Peuple Kratos=Pouvoir)!!!

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Actarus

    Publié dans #Présidentielles 2017

    Repost 0