Articles avec #laicite tag

Publié le 19 Août 2016

Je suis d'emblé assez d'accord avec la position de certains qui disent qu'a priori qu'est-ce que cela peut faire qu'une personne se baigne en burquini, habillé ou tout nu, c'est selon la liberté de chacun. Et si l'on est envahi par ce sujet plus que secondaire, c'est parce que nous sommes en période électorale, et que les politiques veulent montrer soudainement les muscles et pondent à la va vite un arrêté municipal pour interdire cette tenue de bain.

C'est un moyen vieux comme le monde de détourner l'attention des sujets essentiels comme le chômage, la pauvreté, le partage des richesses,...tout en surfant sur les fantasmes et peur de certains.

C'est en effet mal venu d'avoir ce type de débat sociétal sur la laïcité et l'identité en période aussi critique pour ne pas dire explosive et mortifère vu le climat post attentat, sans parler du rixe en Corse. D'autant plus que ce principe devrait normalement être compris de la même façon, et sur lequel on devrait tous être d'accord.

Mais maintenant qu'on aborde ce sujet d'une importance capitale autant y aller franchement. Il est impératif de revenir aux fondamentaux de la laïcité qui est un principe politique et pas une simple considération de tolérance qui est une vision réductrice et issue de l'individualisme engendré par le néo libéralisme, l'idéologie soixanthuitard, il est interdit d'interdire qui a jeté le bébé avec l'eau du bain.

La révolution de 68 a c'est vrai dépoussiéré certains principes archaïques et donné du souffle à certaines libertés, mais on aussi fait parfois beaucoup de mal en déstructurant certains socles de notre société essentiel au regard de l'histoire de France. C'est le cas notamment en matière d'éducation, et même de civisme. Il suffit de voir les problèmes que les adultes dans leur ensemble ont avec leurs enfants. Lorsqu'un adulte reprend un peu fermement sa progéniture ,il a la communauté des adultes qui lui tombent dessus sous le regard forcément approbateur de l'enfant qui grandit sans limite comme dans le livre sa majesté des mouches de William Golding.

A côté de cela, l'histoire de France est très peu enseignée, les programmes scolaires se focalisent volontairement sur la 2e guerre mondiale, au détriment d'autres périodes tout aussi importantes qui permettent de comprendre notre présent.

Les guerres de religion furent un traumatisme qui marque l'inconscient collectif des gens, encore aujourd'hui dont l'épisode le plus emblématique fût le massacre de la Saint Barthélémy. Ce sont ces épisodes tragiques qui ont avec bien d'autres, fait accouché dans la souffrance le principe de laïcité.

Ce principe fondamental spécifique à la France, évite qu'en fonction des évolutions des mœurs et des désiratats de chacun un groupe une communauté quelqu'elle soit tente bon gré malgré de provoquer dans l'espace public, pour imposer une adaptation de la loi à leurs mœurs ou coutume.

Voilà en partie pourquoi aujourd'hui tous nos compatriotes et pas seulement nos amis français de confession musulmane ont eu vision biaisée de ce qu'est réellement la laïcité. Dans ce qui apparaît comme des provocations viennent derrière en réalité se greffer un besoin de reconnaissance social, mais aussi malheureusement des revendications politiques pour imposer la charria à la République..

Certains de nos politiques sont non seulement responsables, mais également coupable on le sait d'avoir transigé avec ces principes pour des raisons bassement politiciennes, électoralistes et de fric , en laissant le salafisme ou wahhabisme gangréné nos quartiers.

Si certains l'ont vu au départ comme l'achat de la paix social et une sorte de monnaie de singe contre la non intégration des populations issues de l'immigration par esprit purement colonialiste pour d'autres ce sont des questions budgétaires. L'histoire des cantines scolaires et la suppression des menus de substitution est emblématique de ce problème financier. Le budget cantine est un poste sensible, et enlever le repas de remplacement sous prétexte de laïcité est un effet d'aubaine pour faire des économies. Cette mesure est après tout tendance, et fédère un certain électorat populaire au détriment d'un autre qui est exclu, fustigé pour ne pas dire plus. Ce qui crée de la rancœur et encore plus d'amertume qu'auparavant et donc de l'injustice.

Eh oui difficile de comprendre ces comportements très versatiles de ces responsables politiques qui un coup sont complaisants laissent un saoudien financer un programme culturel ou cultuel, ou permettent des heures de piscines différenciés entre hommes et femmes pour flatter la communauté musulmane, (au passage cela les dédouanes de mener une vraie politique d'intégration socio-professionnelle, logement, divertissement, culture la vrai pas juste un ticket gratuit pour Euro-Disney...). Et soudainement voir ce revirement à 180 degrés d'interdiction brut de décoffrage.

Avec tout ça difficile aujourd'hui de demander à nos compatriotes musulmans de soudainement respecter des fondamentaux dont ils ignoraient le contenu exacte il y a peine quelques mois et pour cause puisque nos élus, enseignants et autres citoyens ont une lecture volontairement floue et sujette à polémique. C'est encore plus vrai quand on la met en perspective avec le fait que ceux qui sont sensés être garant de nos institutions changent ces principes dans notre dos pour favoriser une caste une oligarchie. Comme au moment du référendum de 2005, qui a vu la victoire du non populaire au traité de Lisbonne, bafoué et réécrit en Congrès par Sarkozy, ou encore la loi El Khomery qui impose par le 49.3 une loi travail qui détruit encore plus le tissu économique et social.

Voir les commentaires

Rédigé par Actarus

Publié dans #Laicité

Repost 0

Publié le 19 Août 2016

Selon l'économiste Jacques Sapir la laïcité ne serait pas tant une affaire de droit qu'un principe politique. En faisant référence à l'histoire de France dans sa période la plus noire et la plus sanglante au XVIe siècle avec les guerres de religion dont le massacre de la Saint Barthélemy est la plus emblématique. Il explique bien que la laïcité se fonde avant tout, sur la nécessité de dégager l'espace public de thèmes sur lesquels aucune discussion raisonnable c'est-à-dire fondée sur la raison ne peut avoir lieu. Enlever en somme l'appréciation subjective propre à chaque individu. Pensez que la laïcité se serait la tolérance ou la liberté de culte est une erreur. La tolérance est une qualité que l'on s'applique selon son bon vouloir, sa propre définition et à géométrie variable, alors que la laïcité organise la société. Elle peut restreindre, contraindre et interdire comme accorder des libertés. C'est donc avant tout sur la souveraineté du peuple que repose son socle.

La laïcité c'est la distinction entre ce qui relève de la sphère publique et privée.

La loi de 1905 dont on parle beaucoup ne serait pas l'alpha et l'oméga de la laïcité mais seulement un de ses pendants. La laïcité est un principe politique qui peut revêtir différentes formes et expressions juridiques.

Il fustige à ce propos Jean-François Bayart qu'il qualifie d'irresponsable et d'ignorant de parler d'un «salafisme laïque» du rapport entre principe politique et lois. La laïcité est selon lui, un principe d'organisation de l'espace politique, implique des interdictions comme corollaire à l'organisation d'espaces de liberté.

Ce n'est pas parce que l'idéologie capitalistique qui a crée des individus très individualistes qu'il faut réduire la laïcité à la tolérance. C'est ce que semblent faire beaucoup d'intellectuels, notamment des anciens soixant-huitards avec le fameux slogan il est interdit d'interdire. Si le mouvement mai 68 a apporté un grand mouvement de libération des mœurs, cela a aussi flingué de principes fondamentaux qui ont déstructuré notre société. Voilà aussi pourquoi on en est là aujourd'hui dans l'urgence à reparler de questions cruciales dans un climat non apaisé avec des polémique sur le burquini, des récupérations politiques en vue des élections, des stigmatisations des conflits.

Voilà ce qui arrive de traiter comme on le fait trop souvent en France des questions en urgence. Idem, de nombreux grands principes constitutionnels ou républicains sont bafoués par ceux qui sont sensés en être le garant. Comment être crédible ensuite de demander à ceux qui testent la république et veulent d'une certaine façon imposer un nouvel ordre public en fonction de leur coutume ou religion, quand ils voient sous leurs yeux, ces mêmes politiques ne pas respecter et s'assoir sans vergogne sur certains de ces principes analogues démocratie, laïcité, république.

Exemple l'ancien président de la république après le référendum sur le traité de Lisbonne qui a vu le non l'emporter a non seulement foulé à son pied la parole du peuple en faisant passer ce traité en force en congrès (réunion de l'assemblée nationale et du sénat) et qu'en plus il change l'article 88-1 et 88-2 de la constitution le principe de haute trahison du chef de l'état. (je vous invite à lire l'article pour vous faire une idée, et également à regarder la vidéo de François Asselineau de l'UPR qui explique ça bien mieux!).

Plus récemment notre gouvernement est passé en force avec le 49.3 pour imposer une loi travail profondément rétrograde.

Voir les commentaires

Rédigé par Actarus

Publié dans #Laicité

Repost 0

Publié le 26 Novembre 2015

Je vous invite à lire l'excellent interview de l'Iman de Bordeaux Tareq Oubrou qui milite pour un Islam éclairé qui refonde la théologie pour l'adapter à notre époque. Beaucoup trop de religieux ont en effet une lecture anachronique des préceptes du Coran. Il faut en finir selon lui avec la bédouinisation de cette religion, ainsi que la visibilité identitaire qui phagocyte la vraie spiritualité. De nombreuses coutumes viennent en effet du wahhabisme saoudien, et du salafisme. Selon lui: "Le propre de la religion musulmane, c'est la modestie, le travail et la discrétion..".

Voir les commentaires

Rédigé par Actarus

Publié dans #Laicité

Repost 0