Dite Non à la commission Européenne qui veut faire entrer dans nos champs et nos assiettes de nouveaux OGM

Publié le 24 Septembre 2017

Voici le communiqué alarmant de Green Peace:

Une majorité écrasante de la population européenne rejette les OGM et de nombreux États membres ont interdit leur mise en culture. Cependant, les entreprises de l’agrochimie ont trouvé une nouvelle recette pour faire entrer les OGM dans nos champs et nos assiettes : contourner la réglementation européenne en affirmant que les OGM issus de nouvelles techniques ne sont en réalité pas des OGM.

Dans quelques jours, la Commission européenne tiendra une conférence au sujet des nouveaux OGM (des OGM issus de nouvelles techniques de manipulation génétique). Responsables politiques, organisations de la société civile, industriels de l'agrobusiness : toutes les parties prenantes attendent de voir ce qui se dira sur ce sujet crucial. Une décision sur le cadre réglementaire des nouveaux OGM devrait être prise d'ici quelques mois.

C'est pourquoi, en amont de cette conférence, nous remettrons la pétition que plus de 110 000 personnes ont signée pour demander à l'Union européenne et au gouvernement français de ne pas céder à la pression des lobbies. Ces derniers souhaitent voir les nouveaux OGM exclus de la réglementation européenne existante afin qu'ils échappent au processus d'évaluation et aux règles d'étiquetage. Les nouveaux OGM se retrouveraient alors dans nos assiettes sans que nous nous en rendions compte.

Ne laissons pas l'Union européenne céder à la pression des lobbies. Rejoignez le mouvement contre les OGM  avant que nous ne la remettions au gouvernement français

Signez la pétition!!!

Ajoutons tout de même qu'il y en a un peu raz le bol de signer toutes ces pétitions qui n'en finissent jamais avec cette Union Européenne qui décidément prend beaucoup trop de décisions contre les peuples alors Frexit vite!!!! ça urge

 

Rédigé par Actarus

Publié dans #ecologie & économie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article