Voter est-ce un droit ou un devoir?

Publié le 17 Mars 2017

Selon moi  voter est un droit mais aussi un devoir. Pour cette édition de la présidentielle 2017, il y a quoi qu'on en dise le choix dans l'offre politique.

Ceux qui appellent au boycott font à mon avis  un mauvais calcule, car même si 50% du corps électoral s'abstenait comme au Etats-Unis cela n'a jamais empêché une élection de se tenir,( il n'existe pas de quorum pour valider une élection), et les politiques de l'appliquer à tout un peuple, même ceux qui ont boudé les urnes.

 Michel Sapin s'est un jour  trahi en disant au cours d'une émission de grande écoute que l'abstention n'empêcherait pas la démocratie de fonctionner;.

En filigrane cela veut dire que bon nombre du personnel politique déplore publiquement l'abstention alors que dans leur for intérieur ils s'en réjouissent cela leur permet comme au XIXe de décider entre gens du même monde et d'exclure les petites gens les sans dents;

Alors la France d'en bas plutôt que de dire je m'en bas les c*** de la politique car ils sont tous pourri, je ne changerai pas le monde avec mon petit bulletin, et pourtant j'ai vu sur les réseaux sociaux que nombreux étaient là pour se féliciter ou  déplorer selon l'opinion politique des uns et des autres l'élection de Trump, le Brexit.

Ces évènements électoraux spectaculaires se sont produits car des citoyens ont voté. Donc vous voyez bien que voter peut encore changer quelque chose

Une personne m'a interpellée de la façon suivante sur les réseaux sociaux:

Depuis quand voter est un devoir?
Le vote n'est pas un devoir pour la simple raison que, justement, le droit de vote découle des Droits de l'homme. Il fait partie d'un ensemble de droits qui constitue la citoyenneté, autant de droit qui fixent les contours de la liberté du citoyen. Car chaque droit est une liberté.
Et renseignez vous, les élus eux mêmes sont les premiers à s'abstenir

Et pourtant le droit de vote est un devoir s'il n'est pas juridique, il est au moins moral.

A chaque droit correspond un devoir c'est la contrepartie logique. La liberté telle que l'on définit certain interdit d'interdire dans les années 68 où on a jeté le bébé avec l'eau du bain en s'asseyant sur certaines valeurs essentielles sous prétexte de rénovation nous amène aujourd'hui justement à un recul de nos libertés car il n'y a pas de liberté sans souveraineté.

Or où se situe notre souveraineté entre les mains de la commission de Bruxelles...ce fût le fruit d'un long processus de déconstruction politique...

Quand mon interlocuteur ponctue par le fait  que les élus eux mêmes sont les premiers s'abstenir. 

Est-ce que si un responsable politique  dit publiquement je ne vote plus comme j'ai pu l'entendre  par exemple de la bouche d' Henri Guaino, dire cela récemment je vais à la pêche le 23 avril et 7 mai ou même une éminence grise respectable comme Michel Onfray dire qu'il ne vote plus depuis 83 à cause de la déception légitime du tournant de la rigueur de Mittérand, vous vous le faites aussi...

Je pense qu'il faut toujours se méfier des prédicateurs surtout en ces temps troublés. Il faut bien lire entre les lignes tout est fait pour décourager le peuple pour qu'il déserte le champ politique (on balance des affaires pour occulter les vrais sujets...des responsables déplorent publiquement l'abstention, mais font tout pour confisquer l'infime partie de souveraineté qui reste (exemple les primaires qui sont une forme de retour du suffrage censitaire où seuls les plus politisés se déplacent moyennant une modique contribution financière, mais contribution quand même qui élimine d'autres candidats, ne parlons pas des temps de paroles et couverture médiatique des candidats inégalitaires, les sondages fabriqués tronquent les élections et donnent le sentiments biaisés de la réalité de ce que pensent nos compatriotes par exemple sur un sujet où en réalité la majorité des concitoyens sont contre, mais une enquête d'opinion vient anéantir votre propre opinion et vous marginalise, c'est une forme de conditionnement exemple vous n'aimez pas la loi El Khomery, mais un pseudo sondage vous dit que 57 % des français seraient favorable forcément vous vous dîtes mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête mes compatriotes je me désolidarise d'eux, combien de fois ai je entendu les français sont des moutons...

Alors qu'en réalité entre ceux qui ne votent plus et ceux qui votent non pas par conviction mais en fonction des sondages, et les élites forcément qu'on a un personnel politique qui se détériore au fil du temps et qui mène une politique uniquement en direction de leur semblable qui reproduit comme disait Bourdieu les élites.....la liberté dont nous jouissons encore, même si certaines se restreignent sont justement le fruit d'une conquête démocratique.

Il y a d'autres moyens d'être citoyen mais le vote me paraît encore être un moyen non négligeable peut être pas encore d'avoir un vote pleinement d'adhésion, et d'atteindre l'idéal démocratique auquel nous aspirons tous, mais au moins d'empêcher les plus mauvais oiseaux de mauvais augures de continuer à prospérer sur le dos des peuples...en faisant du dégagisme, progressivement on libère le champ politique, on montre que le peuple est de retour et dans leur audit marketing des cabinet de spin doctor, de nombreux hommes politiques seront obligés de le prendre en compte pour proposer à moyen terme des candidats plus clean, et des projets politiques plus conformes aux aspirations populaires.

Ne pas voter ou mal voter comme cela a été fait depuis plus de 40 ans c'est à dire en suivant le vent des sondages comme on suivrait un boomaker cela nous conduit à la déplorable situation d'aujourd'hui...N'oublions pas que nous pouvons encore aller plus bas jusqu'au clash car la colère si elle ne s'exprime pas dans les urnes, elle s'exprime dans la rue, on le voit déjà et là nous verrons ce que nos dirigeants feront de la sacro-sainte liberté que certains brandissent pour justifier leur non vote et boycott !

Rédigé par Actarus

Publié dans #Présidentielles 2017

Repost 0
Commenter cet article