L'affaire des boues rouges et le torchon qui brûle entre Ségolène Royal et Manuel Valls

Publié le 3 Septembre 2016

Dans l'émission de "Thalassa" de vendredi dernier sur France 3, la Ministre de l'Ecologie Ségolène Royal revient sur la décision de Manuel Valls, fin 2015, d'autoriser pour six ans la poursuite de l'activité de l'usine Altéo installé dans les Bouches-du-Rhône près de Gardanne. L'activité de l'industriel serait particulièrement polluante et aurait rejeté dans les Calanques pendant cinquante ans des "boues rouges", toxiques, en plein cœur de l'actuel Parc national des Calanques. Même si la firme a modifié ses procédés de production elle continuerait à rejeter un liquide hautement toxique et très polluant.

Ce n'est pas la première fois que la Ministre de l'Ecologie affirme ouvertement un désaccord avec son 1er Ministre. Déjà dans un passé récemment le torchon avait brulé sur l'enfouissement des déchets nucléaires dans la région de Bure. Idem sur l'huile de palme dans le Nutella, l'ancienne Présidente de Poitou Charente avait dû ravaler sa fierté et faire un rétropédalage. Pour revenir à l'affaire des boues rouges, Premier Ministre justifie sa position pour préserver dit-il des milliers d'emploi. N'est-ce pas un non sens de privilégié l'emploi même en période de grand chômage, au détriment de la santé des populations et de l'équilibre de l'écosystème?

Si on ne doute pas que Ségolène Royal a des convictions en matière d'écologie, force est de constater qu'au nom de la pseudo-solidarité gouvernementale et leurs ambitions, la Ministre rogne sur ses convictions écologiques qu'elle a si souvent exprimé avec force et même fait son cheval de bataille pendant la course à la présidentielle en 2007 et 2011 au moment des primaires.

A moins que cette guéguerre ne soit qu'une posture, et qu'elle est en service commandé par François Hollande pour discréditer son premier Ministre et éviter que lui aussi ne se présente comme Emmanuel Macron contre lui.

Rédigé par Actarus

Publié dans #Présidentielles 2017

Repost 0
Commenter cet article