Stop à l'amalgame et la stigmatisation des banlieues

Publié le 28 Octobre 2015

Le journal Métronews a fait sa une hier sur la stèle qui a été inaugurée en hommage à Zyed Benna et Bouna Traoré, les deux adolescents qui avaient trouvé la mort il y a dix ans dans un transformateur électrique dans la commune de Clichy-sous-Bois pour échapper à un contrôle de . Ce tragique accident avait provoqué trois semaines d'émeutes dans les banlieues françaises. L'état avait décrété en cet automne 2005 l'état d'urgence avec un déploiement massif des forces de l'ordre pour rétablir la situation.

Je suis vraiment consterné par les commentaires haineux sur les réseaux sociaux envers ces pauvres jeunes tragiquement disparus paix à leur âme. Cette stigmatisation permanente des jeunes de cités devient à la longue vraiment insupportable. S'il est vrai que certains quartiers sont très difficiles, et que d'autres sont de véritables no man's land où c'est la loi du talion et pas les lois de la république qui s'imposent de fait. Je trouve que les banlieues et leur jeune ont bon dos et ne peuvent endosser la responsabilité à eux seul du marasme économique et social, ainsi que l'insécurité dans lequel nous sommes.

Concernant ces jeunes s'ils avaient vécu, rien ne dit qu'ils ne seraient pas aujourd'hui devenus étudiant , chercheur, avocat, médecin, entrepreneur ou simple employé. Selon certaines statistiques ce serait dans les quartiers que le nombre de création d'entreprise serait le plus fort. Les jeunes de ces quartiers ne sont pas uniquement condamnés au deal, à la délinquance et à la case prison.

Dresser un portrait caricatural des jeunes de banlieue en les assimilant systématiquement à des délinquants ou criminels en puissance est dangereux. C'est du reste ce qu'on fait les médias, et bon nombre de nos responsables publics pendant des décennies. Renvoyer à travers le prisme de la tv une image constamment péjorative des jeunes de ces quartiers était la meilleure manière de les conforter dans cette idée de rejet, et de non intégration. Même l'école républicaine ne peut rien y faire contre la puissance de la TV;

Cet effet de conditionnement a même l'effet pervers de tirer vers le bas des jeunes (la majorité ) qui voulaient s'en sortir, et aujourd'hui que la crise économique, sociale, identitaire et sécuritaire fait rage de dresser les concitoyens d'autres régions de France ou d'autres milieux sociaux à haïr de fait ces jeunes. Et créer une réciprocité féroce de haine!!!

Pourtant regardez les organigrammes des grandes entreprises, des laboratoires des hôpitaux publics, des commerces y a des noms de consonances de toutes les nationalités toutes etnies ou religion différentes qui sont autant de modele d integration et réussite. La France a en réalité réussie pour beaucoup à intégrer.

Pourquoi nous ne mettons jamais l'accent sur ce qui fonctionne. Certains jeunes aujourd'hui devenu adulte qui ont réussi viennent même de ces quartiers dit difficile. Je me souviens de l'intervention d'une jeune femme dans l'émission des paroles et des actes d'il y a quelques mois, Najoua Arduini-ElAtfani qui vient de Mantes la Jolie un des quartiers les plus difficile de France et qui a fait Mat sup, et est présidente du club XXe Siècle, elle fait la couverture de Vanity Fair. Certains vont me dire c'est une fille, et que le problème vient plus des garçons que des filles. C'est bien entendu une contre vérité puisqu'il y a aussi des garçons qui réussissent tout aussi bien, mais ne sont jamais vraiment mis en valeur ou très peu. Enfin si depuis quelques années ont a vu émerger des visages représentants télé visuellement les minorités, Zinedine Zidane, Karim Benzema dans le sports Djamel Debouzze, Omar Sy comme humoriste, des présentateurs TV Aida Touhiri, Harry Roselmack des actrices comme Leila Beikhti, Samy Naseri... Certains se disent que ce sont des exceptions qui ne confirment pas la règle, et pourtant il suffit de regarder notre société dans les yeux, vous verrez qu'il y a plus de personnes issues de l'immigration qui sont intégrés et même assimilés, bien plus encore que les très minoritaires qui sont marginaux et posent effectivement des problèmes en gangrenant tout un quartier, ou terrorisant une ville entière. Pour cela il faut effectivement savoir prévenir avec bienveillance avec les primo-délinquant, et devenir au fur et à mesure plus ferme avec les récidivistes. Là on ne peut pas dire que la gauche actuellement au pouvoir fasse son travail. Pire je suis persuadé qu'elle commandite ce laxisme déjà à l'œuvre depuis des années qui exaspéré et même décourage à la f les forces de police lassé de voir certains jeunes arrêtés et relâché de suite, comme les gens de ces mêmes quartiers qui sont les premières victimes, avant même les autres populations qui n'ont jamais eu affaire à un jeune de banlieue mais qui sont d'emblé effrayé vu l'effet de loupe des médias sur ces problèmes, sans contrebalancer par la majorité de choses positives qui marchent dans le pays.

Ils faut arrêter de vous faire lobitomiser la tête par les médias et les politiques toutes tendances confondues qui déversent à longueur de journée leur lot de suspicions et fournissent pour des raisons bassement politicienne l'alimentation de cette haine. Ce sont certains d'entre eux qui ont contribué à créer de toutes pieces ces banlieues chaudes, en parquant les gens entre eux, sans chercher réellement à les mélanger au reste de la population déjà là à l'époque. Tous ces milliards injectés comme on arrose le sable, ce n'était en réalité que du clientélisme une sorte de faux mea culpa d avoir crée une Apartheid Sociale, après la décolonisation quand il a fallu absorber les parents alors immigrés, que l'on a bien utilisé comme main d'œuvre pour développer la France et la faire prospérer, sans chercher à les intégrer réellement, expliquer la laïcité l histoire de France l éducation civique, les alphabétiser.

De manière générale, les adultes ont démissionné, il n'y a plus de cohésion, plus d idéal, on a pousse les gens à consommer sans leur inculquer l'idée de projet et d'idéal républicain. Consommer était la seule façon d exister socialement alors pour s'acheter sa paire de basquet Nike ou une voiture luxueuse pour mener la belle vie comme les riches alors qu'on sait que le système de valeur des quartiers est inversé, on deal, on trafique!!!

Mais regardez nos gosses issus de l élite sont parfois tout aussi malheureux. Car qui achète la drogue que certains deal pour s en sortir? C est le fils de riche, mais forcément si eux ont le mal de vivre leur parents ont les ressources culturelles sociales et financières pour tenter de les sortir de la merde sans faire de bruit.

Stop aux amalgames au racisme! Oui à la reprise en main urgente de manière ferme de certains caid en col blanc comme en casquette, et oui a une meilleure, prévention, éducation et équité dans les droits au logement, à l'accès à l'emploi et la représentation politique pour y arriver y faut remettre en cause fondamentalement ce système qui est mort!

Rédigé par Actarus

Repost 0
Commenter cet article